Un Mort à Saint Cyr – et pourquoi ce n’est pas du bizutage…

Un Mort à Saint Cyr – et pourquoi ce n’est pas du bizutage… Tout le monde aura bien compris, les journalistes comme les militaires et autres protagonistes de ce décès tragique qu’il s’agissait d’un bizutage – ou comme ils le disent, d’une sortie organisée par les deuxième année, pour les première année, afin de renforcer l’esprit d’équipe et la cohésion du corps. Ce type d’évènement est bien connu depuis des décennies sous l’appellation de bizutage. Nous avons tous été bizutés. Et parfois, nous avons tous aimé bizuter. Dans certains cas, ces évènements étaient ludiques, et renforçaient l’esprit de corps, effectivement. Et parfois cela dérapait. Bien souvent le bizutage qui dérape comporte des aspects de dégradation de la personne, voir sexuels, et bien souvent, cela causait un traumatisme chez le subissant qui pouvait le ou la forcer à quitter l’école ou université. Ce qui s’est passé à Saint-Cyr est un bizutage qui a tourné très mal, entrainant le décès d’un jeune soldat. Mais cela ne doit pas être un bizutage, comme le réclame la famille de la victime. Car si ce n’est pas un bizutage, c’est l’armée qui est responsable, avec la possibilité de pouvoir attaquer comme il faut en responsabilité et obtenir les dommages nécessaires. Je ne suis pas sur que la famille de la victime cherche réparation car la perte d’un enfant est irremplaçable, mais cela permettra au moins de pousser l’armée à réfléchir, voir interdire ce type de pratiques. Car en théorie, le bizutage est interdit. Et voilà pourquoi l’armée elle-même précise qu’il ne s’agit pas d’un bizutage, puisque cette pratique est interdite, mais il ne peut s’agir que d’un acte organisé sans le consentement de l’armée par des élèves, de manière « privée ». De fait l’armée s’exonère de responsabilité et désigne les responsables comme les organisateurs de l’évènement qui a entrainé la mort du jeune soldat. Quelle sera la défense de ces derniers ? Sans aucun doute qu’il s’agissait d’un bizutage, qu’ils ont eux-mêmes subi, comme d’autres avant-eux, et qui était un rite de passage obligé, plus que toléré par l’école militaire. Voilà pourquoi ce bizutage n’en est pas un mais y ressemble très fort. A la justice de trancher maintenant, et cela ne sera pas facile entre partie civile, administration et corps militaire. Suivez le lien si vous souhaitez en savoir plus sur Saint-Cyr.

This entry was posted in erreur and tagged , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.