L’objectivité du moi

Les partisans de l’objectivité du moi, pour continuer de soutenir ce qu’il y a de plausible dans leur thèse, pourraient aussi relever une confusion que l’on commet souvent dans les discussions relatives au moi. L’idée du moi peut désigner soit l’idée réfléchie, soit le sentiment spontané de notre existence. Or l’idée réfléchie du moi n’est qu’une manifestation distincte et contrastée de notre existence, de notre pensée; cette connaissance analytique que nous avons de notre existence est dérivée; le sentiment spontané, au contraire, la conscience immédiate de l’être, de la sensation, de la pensée, ne semble plus une résultante tardive des sensations, mais un élément immédiat et toujours présent à chaque sensation, sous une forme implicite, élément sans lequel la sensation ne serait pas sentie, ne serait pas consciente. L’idée réfléchie du moi est le produit d’une élaboration longue et complexe, elle est en grande partie factice et composée; en outre, le moi peut considérer un grand nombre de qualités avant de se considérer lui-même abstraitement, et de se poser dans la réflexion en face du non-moi; ce n’est pas à dire que, dès l’origine, le sentiment confus de l’existence individuelle et de l’activité centrale n’ait pas été présent à nous dans sa continuité, alors même que nous ne le traduisions pas sous les formes discontinues de la pensée abstraite et générale, ou du langage et de ses catégories artificielles. Si toutes nos pensées finissent par se ranger aux deux pôles du sujet et de l’objet, c’est sans doute que, dès le commencement, elles offraient cette orientation naturelle; les particules aimantées, qui finissent par se disposer en ordre aux deux extrémités de l’aimant, n’en ont-elles pas dès le premier instant subi l’influence? Les oppositions nécessaires à la conscience analytique et réfléchie ne sont point également indispensables pour la conscience synthétique et spontanée. Bien plus, nous concevons une limite où les oppositions expireraient et où la pensée serait immédiatement présente à elle-même, se pensant en même temps qu’elle pense le reste. La pensée s’évanouit-elle, comme le croit Hamilton, dans cette unité fondamentale du sujet et de l’objet? Peut-être, mais peut-être aussi est-ce là qu’elle se constitue: cette unité serait alors la pensée même

This entry was posted in médical and tagged , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.