Le pont de Brooklyn

Il mesure presque 2 km de long, je vous conseille de le traverser à pied. Il n’y a que des avantages d’aller de Manhattan à Brooklyn en passant par le Brooklyn Bridge à pied. D’une part les voitures et les piétons sont séparés, donc aucun danger. Mais c’est surtout pour le paysage, vous aurez une vue magnifique sur tout Manhattan et Brooklyn, mais aussi sur la statue de la liberté. Sans oublier que c’est quand même quelque chose de mythique de marcher sur ce célèbre pont. Je ne vous le cache pas, c’est quand même un peu long, donc pensez à prévoir du temps devant vous et surtout de bonnes chaussures. Oui, en voyage à New York on recherche souvent d’où avoir la plus belle vue. Attention nous étions en avril et il y avait pas mal de vent. On oublie donc les chapeaux pour la photo sinon vous risquerez de le retrouver dans l’eau.

Pour continuer les recherches sur cette fameuse chaise, l’armée a mis à disposition une base désaffectée de Montauk avec du matériel comme un générateur et un vieux radar. Toute la base était reliée par des tunnels souterrains dont certains n’étaient accessibles que par la mer. En 1971, les expériences ont démarré et toutes étaient sur la manipulation du cerveau et le contrôle mental. Chaque essai était effectué sur des personnes volontaires, mais très peu ont survécu à ces expériences. En effet, ils ont subi des lésions cérébrales et aux poumons. De plus, 250 000 habitants de Long Island ont été victimes de ces tests sans en avoir été averti préalablement. Par ailleurs, ces expériences ont permis de créer un signal qui pouvait placer une personne dans un état second dans lequel elle devenait complètement malléable. En parallèle, ils ont travaillé sur le voyage dans le temps qui s’est rapidement généralisé. La chaise de Montauk a servi à lire dans les pensées des volontaires et à les transmettre sur un écran. Durant de nombreuses années, les recherches ont continué pour que la chaise soit totalement fiable. De plus, grâce à cela les scientifiques ont pu matérialiser des objets simplement avec leur pensée. Aujourd’hui, nous ne savons pas jusqu’où ont pu aller ces travaux, mais ce qui est certain, incentive à New York c’est que ceux-ci ont continué dans le but de contrôler la population. A partir de 1979, ils se sont concentrés sur le voyage dans le temps et pour cela, ils ont collaboré avec des civilisations extraterrestres.

Le ferry de l’East River Ferry effectue des arrêts tant au nord qu’au sud. La ligne G traverse également le district. La station Bushwick-Aberdeen () dessert Bedford Avenue et la station Chauncy Street dessert Marcy Avenue sur les lignes . On trouve un arrêt de bus aux stations Marcy Avenue et Myrtle-Wycoff à Bushwick. Le bus B39 passe le pont de Williamsburg ainsi que les lignes et descend sur Lower East Side. Bedford Avenue – La zone autour de la station de métro Bedford Avenue est aussi animée que touristique, on peut notamment y voir de nombreux hipsters. 19 h – 22 h, sam.-dim. Midi-18 h. – Un petit musée comprenant divers objets en rapport avec l’histoire de la ville. 19 h sur rdv. Galerie fondée par deux artistes, Todd Rosenbaum et Cecilia Biagini. Promeut l’art contemporain local qu’ il s’agisse de peinture, sculpture, photo ou installation multimédia. 18 h. – Le bâtiment date de 1867, il s’agissait d’une banque à l’époque.

De 1699 à 1780, la ville était la capitale de la colonie britannique de Virginie. Après Mai 1776, Williamsburg fut la capitale du Commonwealth de Virginie, récemment indépendant, et devint le centre politique, économique, social et culturel d’ un vaste empire qui s’étendait de l’océan atlantique à la région des grands lacs. C’était un exercice pratique pour une grande majorité des leaders de la lutte pour l’indépendance des colonies américaines de la Grande Bretagne. Le 15 Mai 1776, les habitants de la Virginie se réunissent au Capitole et votent la Résolution d’indépendance de la Virginie. Ce document historique annonce l’indépendance par rapport à la Grande Bretagne et mande également ses délégués au congrés continental se réunissant à Philadelphie, afin de proposer l’indépendance des 13 colonies. En Juin 1776, la Convention de Virginie adopte la Déclaration des droits de Virginie, qui insiste sur les libertés individuelles et l’auto-gouvernement. Ce document deviendra la base de United States Bill of Rights, qui, de nos jours, protègent toujours les droits et libertés des Américains.

This entry was posted in actualités. Bookmark the permalink.

Comments are closed.